DOSSIER: Le stress au travail.

Le stress au travail.

Stress au travail

Depuis la fin des 30 glorieuses et l’apparition du chômage nous assistons à une modification du monde du travail. L’industrialisation et le capitalisme ont totalement bouleversé nos modes de vies. Que l’on soit ouvrier, cadre ou fonctionnaire, les conditions de travail ont évolués en l’espace de 4 décennies. Le stress au travail semble aujourd’hui omniprésent dans beaucoup de secteur et à diverses niveau de la hiérarchie d’une entreprise.

Quelques chiffres

Selon une étude réalisée par TSN Sofres mandaté par l’Apave, deux français sur trois déclarent qu’ils subissent le stress au travail.
L’ORVQ (l’Observatoire des Risques de la Vie Quotidienne de l’Apave) a basé son étude sur le ressenti des français au sujet du stress, des accidents de travail et des maladies professionnelles.

  • 66 % des Français (dont 73 % des 35-49 ans) déclarent être de plus en plus de stressés au travail.
  • 23 % ressentent qu’il y a autant de stress.
  • 27 % pensent que les maladies professionnelles sont en augmentation et et 41 % estiment qu’il y en a autant
  • 16 % ont le sentiment qu’il y a de plus en plus d’accidents du travail et 45 % autant.

Qu’est-ce que le stress au travail ?

Le stress au travail est caractérisé par le ressenti d’une pression s’exerçant sur la personne. Cette pression empêche la personne d’effectuer convenablement les tâches qui lui sont confiées dans le cadre de son activité professionnelle. Le stress au travail peut être perçu de différente façons, il peut s’agit d’un débordement réel de la demande de travail par rapport la capacité de traitement de la personne, ou simplement d’un ressenti. La discrimination est aussi un facteur aggravant car le sujet se sait perçu de manière « différente » de ses autres collègues et pense que son travail ne sera pas jugé avec la même impartialité.

Le stress, bon pour le travail ?

Certains pensent que le stress est bon pour la productivité. Bien souvent on constate que les salariés sont plus productifs lorsqu’ils sont soumis au stress, lorsqu’ils ont un agenda bien rempli. Mais il ne faut pas confondre la bonne gestion des ressources humaines avec le stress et de débordement. Subir une pression quotidienne au travail sur une longue période peut amener des pathologies diverses et variées, qu’elles soient physiques ou mentales et se terminent bien sauvant par un arrêt de travail, ou pire dans certains cas de burnout une hospitalisation prolongée.

Quelle prévention ?

L'employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés au travail. Pour remplir cette obligation, il doit privilégier les actions de prévention collective. Celles-ci permettent en effet d’agir sur les causes du stress plutôt que sur ses symptômes.

0 Commentaires

Écrire un Commentaire